Les mères de ma vie

Les mères de ma vie

Les mères de ma vie

C’est la fête des Mères et je voulais célébrer les mères de ma vie. Oui, je les mets au pluriel, même si je suis née dans une famille nucléaire et que mes parents sont toujours vivants et ensemble. Je considère que plusieurs femmes de mon entourage pourraient avoir le titre de mère car elles ont exercé, à un moment ou à un autre, le rôle de mère pour moi.

On a toutes ces femmes dans notre entourage et je crois vraiment que la fête des Mères est un bon moment pour leur démontrer toute leur importance.

La mère festive

Une de mes amies, la mère festive, a eu le rôle de mère sans le savoir. Une mère sans préjugé, toujours ouverte à discuter, à m’accueillir et à me réconforter dans mes questionnements. Cette maman est la maman un peu fofolle qui te fait vivre plein de nouvelles aventures pour te faire grandir à travers l’expérience.

T’sé, la mère que les autres mères regardent bizarrement, mais qui au fond l’envient pour toute cette folie aimante?

Avec elle, j’ai appris et j’apprends encore à avoir confiance en mes opinions et à me respecter. Elle est sans contester la mère qui m’apprend la tolérance et la beauté de la différence, tout en me faisant rire et célébrer la beauté de la vie.

La mère psychologue

Une autre de mes amies, la mère psychologue, que je ne vois pas assez souvent. Une mère attentive, aimante et surtout, qui te remet constamment en question. Celle qui t’amène à réfléchir sur toi et tes choix. Sans le savoir, elle m’a fait grandir avec son ouverture à la différence, son habileté à me faire réfléchir et à me poser des questions.

Celle qui te fait comprendre que la vie est toute en nuance et que ta réalité n’est pas nécessairement celle de tout le monde. Cette mère qui t’apprend à te regarder pour mieux t’épanouir.

La mère grano

Cette amie-là, c’est la maman grano. Une amie-mère aimante dont la porte est toujours ouverte. Celle qui me fait découvrir tout un univers et qui me pousse à voir plus grand. Celle qui me pousse aussi à comprendre qu’un être humain qui fait attention, c’est bien, mais que des millions, ce serait encore mieux!

C’est mon petit ange environnemental. Elle me fait penser à plus que mon petit nombril. Une maman bienveillante, qui m’apprend à respecter les autres tout en me respectant. La maman un peu grano qui ne donne pas de barre tendre à son enfant, mais qui lui apprend comment créer ses propres collations respectueuses de l’environnement et de la santé.

La mère femme

Cette amie-là, c’est la maman femme. Une maman aimante, mais qui s’assure de me rappeler qu’une maman, c’est aussi une femme qui doit être épanouie avant tout. Celle qui me rappelle toute l’importance de prendre soin de moi. Elle m’apprend à m’arrêter et à prendre du temps pour moi, seule ou avec des amies. Un petit zoom spontané pour briser la routine et pour rire et jaser entre filles.

T’sé, ces moments où tu n’as pas vraiment le temps, mais qu’après tu fais « My God que ça fait du bien d’être moi! ». C’est elle qui s’assure que je ne m’oublie pas!

La mère autoritaire

Une autre de mes amies est sans aucun doute la maman autoritaire. Elle a toujours été plus raisonnable que moi, donc elle a toujours été celle qui me retenait de faire des folies (non, mais t’sé, des affaires pas possibles 😉). Celle qui m’apprend à fixer mes limites, à m’assumer et à assumer mes opinions. C’est elle qui me confronte et qui m’apprend ce que c’est que d’être une adulte (ben oui, à 40 ans, j’ai encore besoin qu’on me le rappelle!).

Oui, elle est peut sembler rigide, mais en fait non. Avec elle, je me sens en sécurité et protégée 🦸‍♀️. Elle me brasse les émotions, mais toujours dans le respect. C’est comme le réconfort d’une sauce à spag maternelle… ben épicée! Tu vois le genre! Elle est rassurante et toujours dispo pour m’écouter et faire des folies de mamans qui sont presque des adultes.

Mon unique vraie maman

Finalement, il y a la mienne, la seule et unique. Celle qui est MA mère, mais que je dois partager avec 2 frères. Elle, celle qui a toujours été présente, attentionnée et aimante à toutes les époques de ma vie.

Une maman que tu envoies promener à 15 ans, mais qui tu appelles en pleurant à 18 ans de ton premier appartement.

Celle qui a toujours eu une patience hors du commun (parce qu’à certains moments de mon adolescence, c’est ce que ça prenait 😉). Celle qui a su s’assurer que j’aie une enfance que tous les enfants devraient avoir avec une structure, de l’amour, de la bienveillance, des genoux écorchés, des souvenirs de fous rires et des escapades en forêt pour revenir les vêtements remplis de bouette. T’sé, une enfance!

MA mère, c’est elle qui m’a appris à écouter, à être créative et à faire confiance. Elle n’a jamais dit « Je suis fâchée », mais a dit quelques fois « Je suis déçue » (tu vois la nuance). Une maman qui a toujours eu les bras ouverts et qui a toujours été prête à m’écouter pleurer et à lui raconter mes dernières aventures rocambolesques.

Ma mère s’est souvent oubliée au détriment de mon bonheur, et ce n’est qu’à l’âge adulte que je commence à percevoir toute l’immensité de sa bonté. Je l’aime et je ne lui dis pas assez souvent. Je t’aime maman! Même si je te fais pleurer en ce moment!

Que ce soit la festive, la grano, l’autoritaire, la femme, la psychologue ou l’unique, elles ont toutes les qualités d’une bonne maman, à leur façon. Alors merci les filles d’être dans ma vie. Je vous aime d’un amour gros comme l’univers, parole d’enfant-adulte 😉.

Ju, Amé, Lee, Pascalou, Mél, Ge, Lau, Myriam et Denise ❤

Laissez un commentaire

* Champs obligatoires

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés